La Solana (Ciudad Real)

Situation

Histoire

La Solana naît, comme beaucoup d’autres villes de La Manche, suite au repeuplement effectué au XIIIe siècle, encouragé par les trois ordres militaires auxquels le territoire, qui comprend aujourd’hui la province de Ciudad Real, a été donné: Santiago, Calatrava et San Juan. Ce n’est donc pas un village ancien « gagné aux Maures », pas même le premier à avoir été fondé dans la première moitié de ce siècle, car il existe une croyance, affirmée dans les anciens écrits locaux, qui date à 1283 le début du peuplement. «Les relations topographiques de Philippe II» de l’année 1575 indiquent comme cause de la colonisation progressive des habitants, l’existence d’une puissante tour de défense contre d’éventuelles attaques des musulmans. Cette tour a probablement été construite par l’Ordre de Santiago dont le commandeur de 1440 à 1477 était Mosén Diego de Villegas – le plus jeune fils du grand bailli de Castille, Ruy Pérez de Villegas II qui fut le premier seigneur de Cóbreces, entre autres fiefs, (en plus de l’être d’Alhambra et Treize de l’ordre). Il est logique de penser que c’est celle décrite dans les Libros de Visitas de la Orden des années 1468 et 1478, car effectivement sa situation coïncidait avec celle indiquée dans les Relations de Philippe II, où s’établit auljourd’hui l’actuelle tour de l’église de Santa Catalina.

Les descriptions du cardinal Lorenzana de l’année 1788 nous disent que les premiers habitants étaient des bergers soriens qui venaient avec leurs troupeaux de façon saisonnière et, attirés par la fertilité des terres de La Moheda et La Veguilla, aussi limitrophe avec le centre historique, déplacèrent leurs maisons vers ce lieu commençant ainsi le peuplement. En 1463, selon le Dr Ángela Madrid Medina, La Solana a obtenu le titre de bourg. En 1468, elle avait deux cents habitants et, en 1575, ils en étaient 750, avec une grande production de vin, principalement rouge, « fameux dans les localités de la région » vers lesquelles il était exporté. Le village voisin Membrilla, cette même année, comptait 1000 habitants et, sur la base de l’arrobe des dîmes, produisait moins de vin que La Solana, qui se distinguait plutôt par les produits des potagers situés dans la vallée de la rivière Azuer, dont La Solana se ravitaillait.

La Solana, comme tout le Campo de Montiel, appartenait à l’Ordre de Santiago. Cependant, l’administration de cette Ordre changa considérablement sous le règne des Rois Catholiques. La figure du maître et de son conseil furent supprimées, les rois eux-mêmes devinrent « des administrateurs perpétuels par licence apostolique » et un Conseil de l’Ordre fut créé qui dépendait directement de la Couronne. Cela mit fin à l’excessive puissance économique et militaire des maîtres, qui étaient intervenus tant de fois dans les conflits internes de la Couronne; De plus, on assimila la propre administration du territoire à celle des autres de la Couronne, avec la mise en place de gouverneurs et de juges de paix, qui rapprochèrent le gouvernement et l’administration de la justice aux villages du Campo. Villanueva de los Infantes, située à 25 kilomètres de La Solana,  fut choisie comme siège du gouvernement du parti, reléguant à un deuxième plan le chef-lieu historique et médiéval, Montiel, qui stagnait dans sa croissance et qui était éloigné des villages les plus forts: Membrilla , La Solana, Villahermosa et La Torre de Juan Abad.

Le nom de La Solana, nous dit-on dans d’anciens écrits, vient d’un puits appelé de la Fuente de la Solana, utilisé au début par les bergers et les habitants. L’origine de ce nom proviendrait du fait de se trouver près d’une source située dans La Solana, d’une petite élévation où s’étendait le village. Cette enclave correspond à la colline actuelle de Santa Ana, où il y a un petit jardin, d’où part une rue en pente échelonnée et une autre rue orientée à l’est, appelée précisément « de la Fuente« . Bien que la rue proprement dite « de la Fuente » apparaisse, dans le registre foncier du marquis de La Ensenada en 1751, comme la rue des marches pavées. La source, appelée « l’ancienne source » dans les documents conservés dans les archives historiques, continua d’exister pendant des siècles jusqu’au moment où elle fut comblée, comme ce fut le cas avec le puits d’origine dont il n’y a aucun souvenir quant à son emplacement. Cependant, il est significatif que la maison qui délimite la rue échelonnée sur son côté ouest, ancienne maison de la lignée noble des Pérez Cabellos, conserve une ancienne grotte avec une source d’eau à l’intérieur, collée à la colline et à la rue des marches.

Par la suite, des événements remarquables se sont produits, tels que l’arrivée des frères Trinitaires déchaussés au XVIIe siècle et des soeurs dominicaines déchaussées, qui ont fondé leurs couvents respectifs.

L’histoire moderne se distingue par le nommé «siècle des faucilles», le XXe siècle, faisant de La Solana le plus grand centre de fabrication de ces outils, bien qu’avec les progrès technologiques cette activité soit en franche décadence.

Tradition

L’une des principales traditions préservées à La Solana est la culture du safran, arrivée en Espagne au VIIIe siècle, avec l’invasion musulmane de la péninsule ibérique. La culture du crocus à safran remonte au XVIIIe siècle et était réalisée par une multitude de familles de cette localité de La Manche. D’autres traditions presque perdues sont les métiers basés sur la céramique, le fer forgé, le sparte, les faucilles, les bottes à vin et bien d’autres comme les moulins de gesses, les moulins à huile, les fruits secs et les pierres tombales. Dans le domaine gastronomique, il convient de souligner las gachas, bouillie typique et traditionnelle, à base de farine de gesses.

Fêtes

FÊTE DE SAN MARCOS

Le 25 avril, les solaneros et solaneras fêtent San Marcos. La plupart des gens célèbre cette fête en famille ou entre amis en passant la journée à la campagne. Pour ce jour-là, les boulangeries vendent le « hornazo« : une galette sucrée avec des œufs durs à l’intérieur. Certains ont également des boules d’anis ou des friandises. C’est une tradition de « lier les boules au diable » qui consiste à faire un noeud avec le semailles de ces dates-là.

SANTIAGO ET SANTA ANA (FOIRE)

Ce sont les foires et les fêtes en l’honneur de Santiago et Sainte Anne qui sont célébrées du 24 au 30 juillet.

PÈLERINAGE DE LA VIERGE DE PEÑARROYA

A lieu le deuxième week-end de septembre.

Monuments

ÉGLISE DE SANTA CATALINA

Située sur la place principale, l’église de Sainte Catalina est l’un des monuments les plus importants de la ville. Construit entre 1420 et 1524, ellle présente des éléments du gothique tardif, de la Renaissance et du baroque, sa tour est en effet la plus haute de la province de Ciudad Real. A l’intérieur, plusieurs chapelles latérales flanquent une nef aux voûtes étoilées séparées par des arcs-doubleaux. Sur la façade, il a un porche ou une galerie surélevée, avec des arcs en plein cintre; le portail classique, a dans sa partie inférieure une paire de doubles colonnes exemptes sur plinthe, et dans la partie supérieure un fronton brisé par un petit temple avec la niche qui contient l’image de Sainte Catalina. La tour fait partie du baroque et est considérée comme la plus majestueuse de la province. Ce n’est pas l’original, car elle s’effondra en 1618, et fut à nouveau construite et détruite en 1708. Son apparence presque actuelle est due à Alejandro Nuñez de la Barrera et Miguel Mestanza.

ERMITAGE DE SAN SEBASTIAN

L’une des premières constructions de la ville avec un plafond à caissons mudéjar. En période de moisson, les moissonneurs affûtaient leurs faucilles et canifs sur les pierres tourbillonnantes de son entrée principale. L’Ermitage de Saint-Sébastien est un excellent édifice artistique, de style gothique précoce, du XIVe siècle, le plus ancien temple de la ville. Il faut souligner sa merveilleuse toiture mudéjar à faîtages jalonnés d’ouvrages de marqueterie polychromée et des incrustations en nacre et un fond de bois d’ébène dans une chapelle du côté de l’épître. Dans les travaux de restauration de 1984, deux fresques sont apparues sur le mur de la nef, assez détériorées, avec des inscriptions gothiques en italique.

ÉGLISE DE SAN JUAN BAUTISTA

Autrefois couvent des Trinitaires, seule l’église est conservée ayant perdu les dépendances des moines.

Elle possède des grottes sous l’église utilisées comme refuge pendant les guerres des XIXe et XXe siècles.

Personnages importants

Tomás Barrera Saavedra – Musicien, compositeur de la Zarzuela «Emigrantes», avec le «Canto a Granada».

Antonio Serrano Sánchez – Athlète, champion du monde universitaire de dix mille mètres.

Gabriel García Maroto – Peintre, écrivain, éditeur et critique d’art.

Casimiro García-Abadillo – Journaliste et directeur d’El Mundo depuis 2014.

Máximo Díaz-Cano Candelas – Médecin. Connu comme le médecin des pauvres.

Ángel Romero de Ávila – Chanteur de Copla, plus connu sous le nom d’Ángel Romero, né à La Solana le 1er mars 1929. Très célèbre pour la chanson « Mi escapulario« . Il est le fils préféré de La Solana depuis 1996 et la rue où il est né porte son nom.

Amparo Pacheco – Actrice, connue principalement sous le nom de «Sagrario» dans la série «Cuéntame como pasó».

Santos Montoya Torres – Prêtre diocésain du diocèse de Madrid, ensuite ordonné évêque de ce lieu comme adjoint en 2018.

Culture

Depuis 2005, La Solana accueille le Festival du Cinéma Européen de Vins dédié aux appellations d’origine de Castilla-La Manche. Depuis 1981, la Semaine de la Zarzuela est célébrée. Elle a toujours été représentée, mais depuis 2010, le théâtre est également représenté.

En 2010, le nouveau Cinéma a été inauguré à l’endroit de l’ancien cinéma Cervantes. Il dispose d’une salle et a été un pionnier pour sa technologie 3D dans Castilla-La Mancha.

 

Source: Wikipedia

%d blogueurs aiment cette page :

Si continúa utilizando este sitio acepta el uso de cookies. Más información.

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerle la mejor experiencia de navegación posible. Si sigue utilizando esta web sin cambiar sus ajustes de cookies o hace clic en "Aceptar" estará dando su consentimiento a esto.

Cerrar